Un manifestant a été interpellé deux fois en cinq jours à cause de violences commises contre les forces de l’ordre pendant l’acte 19 des Gilets jaunes à Toulouse. C’est son tatouage sur l’avant-bras qui l’a trahi et a mis les policiers sur sa piste.

Un tatouage sur l’avant-bras a trahi un manifestant violent lors de l’acte 19 des Gilets jaunes à Toulouse, le 23 mars.

Comme l’annonce La Dépêche, cet homme de 26 ans a d’abord été interpellé en train de lancer une barre de fer sur les forces de l’ordre, alors que le rassemblement non déclaré était en cours de dispersion. Il a été placé en garde à vue puis présenté au parquet en vue de poursuites judiciaires.Libéré provisoirement avant une convocation ultérieure, le jeune homme a de nouveau été arrêté le 28 mars. Lors d’un travail d’identification mené par le groupe d’enquête «Gilets jaunes», les enquêteurs ont repéré un individu aux tatouages similaires en train de lancer des cannettes en verre sur des policiers et des gendarmes mobiles lors de l’acte 19. Le tout accompagné d’un geste d’égorgement, selon le média.

Lors de sa garde à vue, l’homme aurait reconnu les jets de bouteilles.

De nouveau placé en garde à vue et déféré devant le tribunal correctionnel, il devrait comparaître prochainement pour l’ensemble de ces faits.

Etiquette: ; ; ; ; ;