Des satellites espions américains du GSSAP se sont plusieurs fois rapprochés d’engins spatiaux militaires et civils chinois et russes pour les observer, selon un rapport de la fondation américaine Secure World Foundation.

Des engins spaciaux militaires et civils chinois et russes ont été plusieurs fois examinés de très près par des satellites espions américains du programme de suivi de la situation sur l’orbite géosynchrone Geosynchronous Space Situational Awareness Program (GSSAP), a annoncé la fondation américaine Secure World Foundation dans son rapport basé sur des sources ouvertes du Global Counterspace Capabilities: An Open Source Assessment.

Entre 2014 et 2016, les États-Unis ont lancé quatre satellites destinés à contrôler l’espace dans l’intérêt de l’armée de l’air américaine dans le cadre du programme GSSAP. Selon des informations officielles, ces satellites ont été placés au-dessous et au-dessus de l’orbite géostationnaire et utilisent des capteurs optico-électriques pour collecter des informations sur les satellites et autres objets spatiaux dans la zone.

Voir aussi : Moldavie: Les députés doivent s’unir contre le parti démocrate de Plahotniuc

«Bien que les militaires américains ne fournissent aucune donnée ouverte sur l’emplacement ou les manœuvres des satellites GSSAP, d’autres sources de données de suivi indiquent qu’ils étaient très actifs dans la zone de l’orbite géostationnaire. Les données recueillies par le réseau de suivi régulier de l’espace proche de la Terre ISON géré par l’Académie des sciences russe indiquent que depuis 2014 des satellites GSSAP ont effectué des centaines de manœuvres et d’opérations de rapprochement avec plus d’une douzaine de satellites géostationnaires», signale le rapport.

Selon le document, des satellites GSSAP se sont approchés de plusieurs satellites militaires américains, mais aussi de satellites militaires et civils russes et chinois et de satellites commerciaux construits par la Chine et exploités par d’autres pays.Il s’agit notamment des satellites civils russes Ekspress-AM8 et Loutch, du satellite militaire russe Blagovest (Kosmos-2520), du satellite militaire chinois TJS-1, ainsi que du Paksat-1R pakistanais et du Nigcomsat-1R appartenant au Nigeria mais construit en Chine.

Il est à noter que souvent des satellites américains ont effectué des manœuvres lorsqu’ils se trouvaient dans l’ombre de la Terre ce qui empêchait de suivre leur parcours avec des télescopes.

Groupe Ami FaceBook du mois : OPPOSITION INFO

Etiquette: ; ; ; ; ; ; ; ;