Huit nouveaux « gilets jaunes » de la Loire ont été mis en examen jeudi et vendredi, dont un a été écroué, pour leur implication dans l’incendie de plusieurs radars fixes, a-t-on appris auprès de la gendarmerie et de source judiciaire.

Une neuvième personne, une femme, a été remise en liberté pour des raisons de santé et sera convoquée ultérieurement par le magistrat instructeur, précise le parquet de Saint-Etienne.

Deux autres « gilets jaunes » de la Loire, de 22 et 28 ans, appartenant au même groupe, avaient déjà été mis en examen et écroués le 2 février, après leur interpellation en flagrant délit d’incendie d’un radar fixe.

Sur les huit individus, âgé de 20 à 41 ans, mis en examen jeudi et vendredi pour « destruction en bande organisée du bien d’autrui par un moyen dangereux pour les personnes », un a été écroué « compte-tenu de son rôle majeur dans la commission des faits », note le parquet.

Les autres ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire, avec interdiction de manifester.

Au cours de l’instruction, les enquêteurs ont découvert que les personnes mises en cause avaient organisé une réunion préparatoire au sabotage de cinq radars, dont deux ont été totalement détruits, sur un rond-point de Saint-Etienne.

Ils encourent des condamnations qui peuvent aller jusqu’à trois ans de prison, selon un enquêteur qui souligne que la valeur à neuf d’un radar fixe se situe autour de 50.000 euros.

Etiquette: ; ;