La récente réussite au test d’une nouvelle arme antisatellite indienne a suscité des critiques de la NASA et du Pakistan, mais New Delhi n’a pas l’air de vouloir s’arrêter là. Selon The Times of India, le pays développe des armes à énergie dirigée et laser, devenues populaires grâce aux jeux vidéo mais jamais vues dans la vie réelle.

L’Inde développe des technologies de «dissuasion spatiale» qui seraient en mesure d’abattre les satellites ennemis, a déclaré G.Satheesh Reddy, directeur de l’Organisation indienne de recherche et développement sur la Défense (DRDO), cité par le journal The Times of India.

«Nous travaillons sur un certain nombre de technologies comme les armes à énergie dirigée, les lasers, les armes électromagnétiques, les armes antisatellites coorbitales, etc. Je ne peux pas entrer dans les détails, mais nous allons de l’avant», a énuméré G.Satheesh Reddy.

Les armes à énergie dirigée, qui restent encore expérimentales, émettent de l’énergie dans une direction voulue sans besoin de projectile, produisant un effet létal ou non létal. Parmi ces armes on retrouve des lasers, des armes à micro-ondes, des armes soniques et des armes à faisceau de particules.Les armes antisatellites coorbitales sont des satellites munis d’explosifs, de lasers ou d’engins à énergie dirigée, qui peuvent détruire des engins spatiaux ennemis ou perturber leur fonctionnement.

«L’espace acquiert plus d’importance dans le domaine militaire. La meilleure façon de garantir la sécurité est de disposer des moyens de dissuasion», a ajouté le responsable.

En mars, l’Inde est devenue la quatrième nation à posséder une arme antisatellite, rejoignant la Russie, les États-Unis et la Chine. Un missile indien a abattu, lors d’un exercice du 27 mars, un satellite, Microsat-R, évoluant en orbite basse à 283 km d’altitude.Commentant cet essai, G.Satheesh Reddy a décrit le missile comme une «arme cinétique à montée directe». Il a ajouté qu’il était possible de frapper plusieurs satellites par des tirs multiples de missiles intercepteurs à trois étages capables d’atteindre 1.000 km d’altitude, d’après The Times of India. Il a précisé que, pour le moment, New Delhi n’avait pas l’intention de réaliser d’autres tests de son missile antisatellite.

La NASA a qualifié l’essai de mars d’inacceptable, supposant que les 400 débris générés par le test pourraient représenter une menace pour la Station spatiale internationale (ISS). L’Inde a toutefois assuré que ces déchets ne poseraient pas de problèmes à l’ISS. Le Pakistan a exprimé sa préoccupation après le test de missile antisatellite indien qui pourrait influer sur la sécurité régionale.

Etiquette: ; ; ; ; ;