Pour les néoconservateurs américains, Recep Tayyip Erdogan est devenu une «carte d’invitation» à une nouvelle guerre d’envergure au Proche-Orient, rapporte Contra Magazin. Selon l’édition autrichienne, ils ne cessent de provoquer le Président turc pour qu’il fasse une erreur qui conduirait la région au chaos.

Les néoconservateurs américains voient en Recep Tayyip Erdogan une «carte d’invitation» à un conflit armé d’envergure au Proche-Orient, écrit Contra Magazin. Ils ne renoncent pas à provoquer le Président turc pour que ce dernier se trompe et que la région soit engloutie par un désordre sans précèdent, précise le média.

«C’est le seul moyen pour eux de justifier la présence constante militaire des troupes américaines dans la région», souligne Contra Magazin.Selon le média, les forces turques sont déployées dans le sud de la Turquie et qu’elles attendent de recevoir l’ordre de lancer une offensive dans le nord de la Syrie. Mais si Ankara lance son opération militaire, les unités spéciales américaines situées dans le nord du pays, et qui apportent leur soutien aux milices kurdes, se retrouveront alors en ligne de mire, précise-t-il. Cela pourrait considérablement accroîtra le nombre de victimes parmi les soldats américains, estime Contra Magazin.

«Si au cours de l’opération turque, les militaires de l’armée américaine sont tués ou blessés, Washington réagira de façon appropriée ce qui conduira probablement à un affrontement catastrophique entre les deux alliés au sein de l’Otan», prévient l’article.

Si tel serait le cas, l’édition craint que le risque d’un «affrontement militaire entre la Turquie et les États-Unis n’a jamais été si élevé comme aujourd’hui».

Le 8 avril, Recep Tayyip Erdogan a déclaré aux journalistes que l’armée turque était prête à une nouvelle opération en Syrie.

Etiquette: ; ; ;