Le ministre de l’Intérieur a annoncé la mise en place d’«une cellule de vigilance» pour remédier au problème des représentants des forces de l’ordre qui se donnent la mort, le nombre de ceux-ci avoisinant déjà une trentaine depuis le 1er janvier.

Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, s’est rendu ce matin à l’hôpital des gardiens de la paix à Paris où il a notamment parlé des nombreux policiers qui s’ôtaient la vie.

«J’ai mis en place une cellule de vigilance sur la question du suicide, que j’installerai dans les 15 jours», a-t-il déclaré aux journalistes.

Il a annoncé la création d’une «cellule alerte prévention» pour la Police nationale qui sera pilotée par Noémie Angel, membre de l’Inspection générale de l’administration (IGA), et qui sera notamment chargée de faire des propositions au ministre.

«Je souhaite aussi que, au moment de la crise, au moment où une personne suicidaire tente de passer à l’acte, elle puisse aussi avoir une écoute, une orientation», a indiqué Christophe Castaner.

Le ministre a annoncé que la nouvelle structure aurait pour rôle «d’animer la réflexion» et d’être «disponible».

«Pour qu’un policier, un gendarme, un fonctionnaire du ministère puisse, 24 heures sur 24, trouver une oreille attentive et puisse être ensuite accompagné», a-t-il confié.

Etiquette: ; ; ; ; ;