Les autorités philippines ont confirmé la mort d’un des dirigeants soutenant l’organisation terroriste de l’État islamique* du groupe Mauth, dont les militants ont assiégé la ville de Maravi dans le sud du pays en 2017, selon le Straits Times.

Le ministre philippin de la Défense, Delfin Lorenzana (Delfin Lorenzana) a confirmé, en s’appuyant sur les résultats du test ADN, que l’un des dirigeants du groupe « Mauth » Abu Dar avait été éliminé.

Selon certains médias, Dar pourrait être le dernier des chefs du groupe : « Confirmé – ce sont bien les restes d’Abu Dar. Pour le moment, son groupe n’a plus de chef« , – a déclaré Lorenzana.

Voir aussi : Lavrov : Les États-Unis ont raté leur guerre éclair au Venezuela

Un peu plus tôt, les forces armées du pays avaient annoncé qu’Abu Dar faisait partie des militants éliminés lors d’affrontements dans la province du sud de Lanao le 14 mars.

En mai 2017, le président des Philippines, Rodrigo Duterte, a imposé la loi martiale dans la province de Mindanao, dans le sud du pays, à la suite d’affrontements de l’armée avec Mauth.

Le principal champ de bataille se trouvait dans la ville de Maravi. Au cours des combats avec les islamistes, les forces gouvernementales philippines ont perdu plus de 160 soldats, plus de 1,7 mille ont été blessés et plus de 800 militants ont été éliminés.

*Groupe terroriste interdit en Russie.

Groupe Ami FaceBook du mois : OPPOSITION INFO

Etiquette: ; ; ; ; ; ;