Des «gilets jaunes» n’attendent pas beaucoup de l’allocution d’Emmanuel Macron ce soir, un coup d’«illusionniste» qui ne permettra pas de rétablir la confiance perdue en «une certaine classe politique».

Les promesses du président de la République qui a annoncé «des changements en profondeur» ne convainquent pas plusieurs figures du mouvement de contestation qui se prononcent sur la base des possibles mesures déjà parues dans la presse.

Parmi les pistes évoquées: une baisse de l’impôt sur le revenu avec l’éventuelle mise en place de nouvelles tranches pour le rendre plus progressif, la réindexation des «petites retraites» sur l’inflation, la prise en compte du vote blanc, l’amélioration du paiement de la pension alimentaire aux mères célibataires…

«Monsieur le Président, le compte n’y est pas», interpelle Ingrid Levavasseur, ancienne figure des «gilets jaunes», accusant dans une lettre ouverte publiée aujourd’hui Emmanuel Macron de jouer à «l’illusionniste». «Quand les pauvres seront encore plus pauvres, quand les territoires perdus seront encore plus vides, vous n’aurez d’autres alternatives que de continuer à vendre à des puissances financières, le plus souvent étrangères, les richesses de la France», écrit la présidente de l’association Eclosion démocratique, en évoquant la privatisation des Aéroports de Paris (ADP).

Etiquette: ; ;