Au moins 147 personnes ont été tuées et 614 autres blessées depuis le lancement d’une offensive du maréchal Haftar le 4 avril contre la capitale libyenne Tripoli, selon un nouveau bilan publié lundi par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Dans le même temps, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (Ocha) de l’ONU a fait état sur Twitter de plus de 18.000 personnes déplacées par les combats, dont 6.000 ont pu bénéficier d’une aide.

De combats violents opposent depuis le 4 avril en banlieue sud de Tripoli les forces du Gouvernement d’union nationale (GNA), reconnu par la communauté internationale, à l’Armée nationale libyenne (ANL) autoproclamée du maréchal Haftar, l’homme fort de l’est libyen, qui souhaite s’emparer de la capitale, siège du GNA.

L’OMS a appelé lundi « toutes les parties à faire preuve de retenue » et à éviter de s’en prendre aux hôpitaux, aux ambulances et aux personnels de santé.

L’organisation a indiqué avoir déployé des équipes de chirurgiens dans des hôpitaux face à « l’afflux » de blessés.

Etiquette: ; ;