La police britannique a annoncé mardi avoir interpellé 209 militants écologistes en deux jours de mobilisation dans le centre de Londres pour dénoncer l’inaction du gouvernement face au changement climatique.

Les manifestants occupaient à nouveau mardi des carrefours emblématiques de la capitale, comme Oxford Circus ou Marble Arch, après avoir passé pour certains la nuit sur place. Ils répondent à l’appel du mouvement Extinction Rebellion, dont des militants se sont déjà signalés au début du mois en manifestant à demi-nus lors d’un vote sur le Brexit à la Chambre des communes. Extinction Rebellion exige du gouvernement qu’il déclare un état d’urgence climatique et ramène à zéro les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2025.

La police a dit vouloir respecter le droit de manifester pacifiquement tout en limitant les perturbations pour les usagers. «A l’heure actuelle, les manifestations en cours perturbent fortement les transports publics, l’activité économique et la vie quotidienne des Londoniens», a déclaré mardi le commissaire Colin Wingrove.

Les militants écologistes ont été invités à rester dans le périmètre de Marble Arch et la police ne tolérera aucune perturbation dans d’autres lieux, a-t-il ajouté. Une dizaine d’activistes ont été arrêtés mardi midi sur le Pont de Waterloo, proche du Parlement britannique. Les autres ont entamé un sit-in au milieu de la route en criant à l’intention de la police «Rebellion! Rebellion!» ou encore «Nous sommes pacifiques! Et vous?»

Etiquette: ;