Lors de l’important incendie qui a ravagé Notre-Dame, les pompiers ont utilisé un robot pour venir à bout des flammes. Selon le porte-parole des pompiers de Paris, ce drone terrestre baptisé «Colossus» leur a permis d’intervenir quand la situation était devenue trop dangereuse.

Environ 400 pompiers ont pris part à l’opération visant à maîtriser le violent incendie qui s’était déclaré le lundi 15 avril dans la cathédrale de Notre-Dame de Paris, lequel a été maîtrisé mardi à l’aube. Pourtant, pour intervenir à l’intérieur de l’édifice, alors que la situation n’était pas encore sous contrôle, les pompiers ont utilisé un robot nommé «Colossus», fabriqué par Shark Robotics, une entreprise de La Rochelle.

L’engin a permis «d’éteindre et de faire baisser la température à l’intérieur de la nef», a raconté Gabriel Plus, le porte-parole des pompiers de Paris.Ce drone terrestre prend des risques à la place des humains quand la situation devient trop dangereuse. Long d’1,6 mètre, monté sur chenilles, il peut monter des escaliers, tracter jusqu’à deux tonnes et tenir en autonomie pendant huit heures.

«Il peut effectuer plusieurs missions, comme éteindre le feu à distance, évacuer des blessés, apporter du matériel ou faire de la reconnaissance grâce à ses outils d’inspection vidéo et ses capteurs de gaz», a expliqué Cyril Kabbara, cofondateur de Shark Robotics, à plusieurs médias.

«Il est actuellement le seul robot qui équipe la BSPP (brigade des sapeurs-pompiers de Paris) depuis deux ans», a-t-il ajouté à BFM TV.

Un incendie s’est déclaré le 15 avril dans la cathédrale Notre-Dame de Paris. Selon les médias qui se réfèrent aux pompiers, le feu serait «potentiellement lié» aux travaux de rénovation de ce monument historique, le plus visité d’Europe. La restauration de la flèche, en vue notamment d’en refaire l’étanchéité, était en cours.

Le Président Macron a annoncé le 16 avril qu’il voulait que la cathédrale soit rebâtie d’ici cinq ans.

Etiquette: ; ; ; ; ; ; ;