Pendant de nombreuses années, Washington a affirmé que les systèmes de défense antimissile américains déployés en Europe étaient dirigés contre l’Iran ou la Corée du Nord, niant avec véhémence que cette arme constituait une menace pour la Russie. Aujourd’hui, les États-Unis ne la cachent plus et la déclarent même ouvertement.

Dans son article pour la publication Telepolis, le journaliste allemand Florian Retzer a apprécié la perspective de déploiement des systèmes de défense antimissile THAAD dans la ville roumaine de Deveselu, ce qui se fait « à la demande de la direction de l’OTAN », qui est en réalité subordonnée aux États-Unis.

Comme indiqué le Pentagone, le but de cette étape est de protéger les pays européens des « menaces extérieures ». L’auteur de l’article attire l’attention sur les assurances de l’EUCOM selon lesquelles ces systèmes n’ont aucun potentiel offensif. On sait depuis longtemps que les complexes Aegis Ashore sont capables de lancer des missiles de croisière Tomahawk dotés d’ogives nucléaires.

Voir aussi : Plus de 100 organisations musulmanes salafistes découvertes en Belgique

Cependant, il devient maintenant clair que les États-Unis entrent ouvertement dans une confrontation avec la Russie, sans même essayer de la dissimuler, souligne Retzer: «Les États-Unis, ainsi que l’Alliance de l’Atlantique Nord, ont longtemps nié et même accusé la Russie de diffuser de fausses informations [sur les capacités de défense antimissile offensive États-Unis et menace pour la Fédération de Russie]. Mais à présent, le commandement européen des forces armées américaines a reconnu ce fait, évoquant des menaces extérieures à la « région euro-atlantique ».

Dans le même temps, l’auteur pose une question: existe-t-il vraiment une «menace russe» à laquelle l’UE et Washington font régulièrement peur à l’Union européenne? Selon lui, ce terme symbolique n’est utilisé par les États que pour se renforcer en Europe, car les pays qui ont hébergé des systèmes de défense antimissile appartenant à d’autres États deviennent dépendants. «L’Alliance nous inspire régulièrement que« l’agression russe »existe. », a conclu le journaliste.

Groupe Ami FaceBook du mois : OPPOSITION INFO

Etiquette: ; ; ; ;