Craignant la « fin » de sin mandat, le locataire de la Maison Blanche a essayé de torpiller l’enquête russe, en voulant notamment limoger le procureur spécial Robert Mueller, dont les conclusions très attendues ont mis jeudi Washington en ébullition.

Les révélations du rapport de plus de 400 pages, résultat de 22 mois d’une enquête hors norme sur l’ingérence de Moscou dans la présidentielle de 2016, ont provoqué des réactions contrastées.

Exultant, le président Trump s’est dit totalement blanchi. « Comme je l’ai toujours dit: il n’y a pas de collusion, pas d’entrave » à la justice, a tweeté le milliardaire républicain, désireux de refermer définitivement une saga qui empoisonne son mandat depuis deux ans.

L’opposition démocrate a, au contraire, relevé dans le document des « preuves alarmantes » d' »actes immoraux » commis par Donald Trump, et promis d’user de tous ses pouvoirs – et notamment de son contrôle de la Chambre des représentants – pour en savoir plus.

Dans son volumineux rapport, le procureur Mueller confirme l’existence de « nombreux liens » entre la Russie et des membres de la campagne du candidat républicain, mais estime ne pas avoir de preuves d’une quelconque collusion.

Sur le second volet de l’enquête, les soupçons d’entrave à la justice pesant sur Donald Trump, M. Mueller se montre moins définitif.

Etiquette: ;