La Federal Aviation Administration (FAA) des États-Unis a interdit aux opérateurs aériens américains les vols au-dessus du Venezuela, invoquant «l’instabilité politique et des tensions croissantes». Tous les exploitants aériens ont été avisés qu’ils devaient partir du pays dans les 48 heures.

La Federal Aviation Administration (FAA) américaine a délivré mardi 30 avril une ordonnance interdisant aux opérateurs aériens américains de voler à une altitude inférieure à 8.000 mètres au-dessus de l’espace aérien du Venezuela jusqu’à nouvel ordre en raison d’«une instabilité et des tensions politiques croissantes». La FAA a indiqué que les opérateurs aériens présents dans le pays devaient le quitter dans les 48 heures.

«Tous les vols sur le territoire et dans l’espace aérien du Venezuela à une altitude inférieure à 26.000 pieds [environ 8.000 mètres, ndlr] sont interdits jusqu’à nouvel ordre en raison de l’instabilité et des tensions politiques croissantes au Venezuela et des risques pour les vols qui en découlent», a indiqué le document ajoutant que tous les exploitants aériens devaient quitter le territoire et l’espace aérien du Venezuela dans les 48 heures si le pilote décide que rien ne menace le vol.

L’avis concerne tous les exploitants aériens américains, les jets privés compris.

Mardi 30 avril, Juan Guaido est intervenu devant ses partisans rassemblés à l’extérieur d’une base militaire, annonçant le début de la «fin définitive de l’usurpation» et appelant à rejoindre les manifestants dans leur lutte contre le gouvernement en place.

Pour le 1er mai, le «Président par intérim», reconnu par une cinquantaine de pays dont les États-Unis, avait promis d’organiser «la plus grande marche de l’histoire vénézuélienne». Le pouvoir a lui aussi appelé à manifester le 1er mai dans le centre de Caracas pour le traditionnel défilé de la fête du Travail.Les protestations se poursuivent depuis plusieurs mois au Venezuela, confronté à une grave crise économique assortie de tensions politiques.

Etiquette: ; ; ; ; ; ;