L’architecte du parc du Futuroscope, Denis Laming, a découvert un moyen pour restaurer à l’identique la toiture de la cathédrale Notre-Dame de Paris tout en y introduisant des éléments modernes. La solution serait d’installer un toit rétractable cachant une verrière lumineuse.

Dans une vidéo publiée sur YouTube, l’architecte Denis Laming, lequel avait conçu le parc du Futuroscope, a présenté son projet pour la reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Il propose notamment d’installer un toit rétractable recouvrant une verrière destinée à abriter une salle dédiée à la Paix.L’architecte envisage de reconstruire à l’identique la charpente en bois au niveau de la flèche et du chœur, le reste de la charpente étant en métal.

«Mon projet est, comme le souhaitait Viollet-le-Duc [l’architecte ayant conçu la flèche de Notre-Dame de Paris, ndlr] d’inventer le futur sans renier le passé: « restaurer un édifice, ce n’est pas l’entretenir, le réparer ou le refaire, c’est le rétablir dans un état complet qui peut n’avoir jamais existé à un moment donné »», rappelle M. Laming dans cette vidéo.
Cité par Le Figaro, il estime que le budget du chantier serait compris entre 100 et 200 millions d’euros. En ce qui concerne les délais, «il faudra deux ans sans aucune précipitation», précise-t-il.

M. Laming déclare ne pas avoir l’intention de participer au concours international annoncé le 18 avril par Édouard Philippe en vue de déterminer si la flèche doit être reconstruire à l’identique.

«C’est une très mauvaise idée: si la reconstruction est à l’identique, le concours est inutile. Et les délais légaux rajouteraient une à deux années à la procédure», indique l’architecte.

Auparavant, un sondage réalisé par YouGov, société internationale d’étude de marché, pour Le HuffPost et CNews, avait montré que la plupart des Français (54%) voulaient «une restauration à l’identique» de la cathédrale, ravagée le 15 avril par un puissant incendie.

Etiquette: ; ; ;