L’Alliance de l’Atlantique Nord a l’intention de mettre au point les actions en cas d’invasion de troupes russes sur le territoire de l’un des pays du bloc militaire, dans le cadre de laquelle elle mènera des exercices qui débuteront le 9 mai.

De l’édition allemande de « Der Spiegel ».

Selon les médias, l’alliance envisage de simuler une « réaction militaire » en cas « d’attaque de la Russie ». Cependant, il est à noter qu’il ne s’agit pas de manœuvres ordinaires. L’exercice, intitulé «Exercice de gestion de crise», aura lieu dans les six jours, mais les préparatifs en ce sens ont duré plusieurs mois. Ces « exercices » ne concerneront pas des soldats ordinaires, à savoir les départements militaires des pays de l’OTAN, ainsi que le quartier général de l’alliance.

Les détails des enseignements sont gardés dans la plus stricte confidentialité. Tout ce que l’on sait, c’est que le scénario implique «des phases d’agression probable de la part de la Russie». Le but de la campagne est de s’assurer que «l’appareil interne» du bloc et sa capacité à prendre des décisions fonctionnent. L’équipement militaire et le personnel de l’OTAN ne seront pas impliqués. Dans l’alliance, cela s’expliquait par le fait que ces exercices n’étaient pas un acte d’intimidation indicatif, mais un réel désir d’obtenir des réponses à un certain nombre de questions. En tête de liste: combien de temps faudra-t-il pour prendre des décisions vitales du Conseil de l’OTAN?

Etiquette: ; ; ; ; ;