Le Front démocratique, le plus grand bloc d’opposition au Monténégro, a averti les autorités du pays qu’elles ne seraient pas en mesure d’envoyer les dirigeants de ce syndicat en prison sans rencontrer la résistance de la population.

« Dans l’intérêt du public monténégrin, nous informons que le DF n’est pas éparpillé, mais nos dirigeants prendront des mesures de légitime défense et résisteront à une condamnation pénale et à une tentative d’arrestation », a déclaré l’organisation.

À Podgorica, le 9 mai, les députés Andrii Mandić et Milan Knežević, condamnés pour tentative de coup d’Etat fin 2016, sont condamnés. Le président Milo Djukanovic (à l’époque, le Premier ministre) a également accusé la Russie de tenter de changer de force le régime au Monténégro et les dirigeants de l’opposition d’avoir des liens avec Moscou.

Dans le «Front démocratique», il a été répété à plusieurs reprises que la tentative de coup d’État du matin du scrutin était une dramatisation préparée par les autorités du pays. La date du prononcé de la sentence – le 9 mai – dans ce contexte, les partisans de Mandic et de Knezhevich sont également appelés symboles, anti-serbes et anti-russes.

Rappelons qu’en janvier de cette année, l’arrestation de Mandic et la tentative d’arrestation de Knezhevich (un homme politique qui s’était barricadé avec ses partisans dans le bâtiment du Parlement) avaient provoqué de grandes manifestations dans le pays.

Etiquette: ; ; ;