Il est très probable qu’en 2019, le Fonds monétaire international (FMI) n’octroira pas à l’Ukraine une nouvelle tranche de crédit dans le cadre du programme de réserve, selon une étude des marchés émergents en Europe réalisée par le groupe bancaire américain JP Morgan. La raison principale en est le populisme exorbitant des politiciens ukrainiens.

« Cette année, nous ne prévoyons pas de paiements du FMI (l’Ukraine – Réd.) tout d’abord, en raison de l’approche populiste, des conditions non remplies du programme et de la décision du gouvernement de ne « libéraliser » les prix du gaz ver sla baisse, en non vers l’augmentation », écrivent dans ses analystes de recherche de JP Morgan.

Les autorités n’ont pas rempli le budget de l’État de près d’un milliard, mais ont promis de ne pas achever par la faillite.

Dans la société financière suisse globale UBS, la tranche pour l’Ukraine est également pratiquement ignorée. Certes, leurs analystes accordent plus d’attention à la composante législative et à celle de corruption. Le fait est que la visite de la mission du FMI en Ukraine est prévue pour mai – juin et que le Parlement n’a pas accepté de modification de la législation anticorruption après la décision de la Cour constitutionnelle d’annuler l’article du Code pénal sur l’enrichissement illégal.

Si l’Ukraine ne démontre pas de progrès en la matière, alors, selon UBS, l’attribution de la tranche pourrait être différée.

Etiquette: ; ; ;