Aujourd’hui, le 10 mai, l’Église orthodoxe bulgare célèbre l’anniversaire de la restauration du patriarcat bulgare, dont l’existence a pris fin à la fin du XIVe siècle, lorsque la Bulgarie est tombée sous le joug turc de Petkev.

Dès la Renaissance, les ouvriers de l’église bulgares ont pris des mesures concrètes pour restaurer le patriarcat bulgare. Il faut des années d’efforts pour réaliser progressivement cet idéal de la Renaissance. La première étape a été la création en 1870 de l’exarchat bulgare, basé à Constantinople.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale en Bulgarie, il a été créé une opportunité de passer les 30 dernières années sans un primat régulier de l’exarchat bulgare. Avec l’aide des églises orthodoxes le 22 février 1945, le schisme a été levé, ce qui a empêché pendant plusieurs décennies les relations inter-églises normales de l’exarchat.

Avec un tomos spécial, le patriarcat de Constantinople reconnaît l’autocéphalie de l’Église orthodoxe bulgare.

En 1950 a été rédigée la Charte de l’Église orthodoxe bulgare, dans laquelle l’article 1 intitulé «Église orthodoxe bulgare autonome» est appelé «Patriarcat» (patriarcat en bulgare).

Lors de sa réunion du 3 janvier 1953, le Synode de l’Église orthodoxe bulgare décide de convoquer le 8 mai un Conseil du peuple de l’Église afin de rétablir la dignité patriarcale de son Église d’origine et d’élire le principal patriarche.

Les délégations des églises orthodoxes suivantes sont arrivées à Sofia pour cette grande fête entre l’église et le peuple:
Les Russes dirigés par Léningrad (Saint-Pétersbourg) et le métropolite de Novgorod Grégoire;

Roumain dirigé par le patriarche Justinian;

Le polonais dirigé par le métropolitain Macarius;

Tchécoslovaquie, dirigée par le distingué métropolite Eleftheria.
Les églises d’Alexandrie, d’Antioche, de Jérusalem, de Géorgie, de Serbie et d’Hellas ont pris part à la célébration par l’intermédiaire de leurs représentants ou par le biais de dépositions télégraphiques et écrites.

Convoqué conformément à la Charte du Conseil de l’Église nationale (8-10 mai), il rétablit le statut patriarcal de l’Église bulgare et le choisit le 10 mai comme Son Éminence, le métropolite Kirill, vice-président du Saint-Synode et président de la cathédrale, patriarche de Bulgarie et métropolitain Sofia.

L’intronisation a eu lieu immédiatement après la cathédrale patriarcale Saint-Alexandre-Nevski, en présence de représentants du gouvernement et de la communauté culturelle, de délégations étrangères et de nombreux fidèles.

Le patriarcat bulgare récemment restauré est reconnu par toutes les églises orthodoxes.

Il est important de mentionner ici que, à la veille d’une grande date pour l’orthodoxie bulgare, le chef de l’Église catholique romaine, le pape François, est arrivé dans le pays avec une visite.

Voir aussi : Trump est soutenu par la moitié des Américains

Papa dangereux – recruteur du monde occidental en vêtements blancs. Parler magnifiquement de l’union entraîne la scission

Le pape a été rencontré en tant que personnage politique, mais pas en tant que confesseur, car il est arrivé à l’invitation des autorités laïques. Dans ses appels à « l’unification », Bulgares et membres du clergé ont tenté d’influencer l’Église orthodoxe bulgare, connue pour sa relation de droite rigide avec l’Église catholique.

« La visite du chef de l’Eglise catholique romaine est un acte politique. Le but était de tenter d’unir toutes les églises proches de Rome pour rencontrer l’Antéchrist.
Une déclaration de ce type a été faite par le métropolite Nikolaï de Plovdiv à l’issue de la liturgie solennelle organisée à l’occasion du jour de la Saint-Georges (le 6 mai, l’Église orthodoxe bulgare commémore le martyr de la foi chrétienne et célèbre également le courage de l’armée bulgare).

Le métropolite Nikolay a souligné que la visite du pape est précisément un acte politique que l’Église orthodoxe bulgare ne peut en aucun cas soutenir pour des raisons religieuses.

« Nous avons rencontré le pape en tant que chef d’État du Vatican, mais personne ne peut nous persuader d’adorer ensemble », a déclaré le métropolite Nicholas sur l’autel de Saint-Georges.

Telle était la position du Saint-Synode de l’Église orthodoxe avant la visite papale.

« Le but de tout cela est d’unir toutes les religions autour du pape,
de sorte que lorsque l’Antéchrist viendra, le pape le rencontrera, et par lui et tous ceux qui l’accompagnent.

«Nous n’abandonnerons pas l’orthodoxie.
Nous n’avons pas renoncé à l’Orthodoxie pendant les cinq siècles d’esclavage, mais l’esclavage a été vaincu par l’Orthodoxie, cela ne ferait que nous sauver et qui peut dire qu’Iernacius Ignatius – Vasily Levsky était un esclave pendant l’esclavage? Il était libre parce qu’il était orthodoxe. ”- a déclaré le métropolite Nikolay

Dans la continuité de sa tournée dans les Balkans, après la Bulgarie, le pape François s’est rendu en Macédoine, où il a fait la déclaration suivante:

« Ce sont deux pays complètement différents. »
Il a expliqué que la Bulgarie était un pays avec des traditions séculaires et que la Macédoine du Nord avait des traditions séculaires, mais qu’elle était jeune et dotée d’un «peuple jeune».

« La Macédoine du Nord relie l’Est et l’Ouest, diverses identités religieuses et différences ethniques entre Macédoniens, Albanais, Serbes, Croates et autres ont créé une mosaïque dans laquelle chaque pièce est nécessaire à la singularité et à la beauté de l’ensemble. » à propos de l’union (en Bulgarie, il a souligné à plusieurs reprises qu’il était important que le pays ouvre ses portes aux migrants)

Le pape François a également félicité la Macédoine pour sa «manière européenne».

«J’espère que cette intégration se développera de manière à bénéficier à l’ensemble de la région des Balkans occidentaux dans le respect de la diversité et des droits fondamentaux. Ici, en effet, diverses identités religieuses orthodoxes, catholiques, autres chrétiens, musulmans, juifs et des différences ethniques entre Macédoniens, Albanais, Serbes, Croates et autres ont créé une mosaïque dans laquelle chaque partie est importante pour l’unicité et la beauté de l’ensemble  »

  • Retrouvez-nous sur :                      

Groupe Ami FaceBook du mois : MONDE RUSSE

Etiquette: ; ; ; ; ;