Un rapport récent sur les enseignements radicaux dans les écoles islamiques à travers le Royaume-Uni nous oblige à envisager la question du radicalisme dans une nouvelle perspective.

La semaine dernière, il s’est avéré que 48 madrasa britanniques (une institution éducative musulmane), dont certaines avaient déjà été reconnues comme diffusant des enseignements radicaux, forment une nouvelle génération de «prédicateurs».

Selon un rapport gouvernemental secret publié à l’origine par les journalistes du Daily Mail, les imams issus de ces madrassas sont aussi radicaux que des membres du clergé extrémiste venus au Royaume-Uni en provenance de l’étranger.

En outre, au moins quatre de ces écoles avaient déjà été critiquées par les autorités pour avoir défendu l’idée que la musique et la danse venaient du diable et que les femmes n’avaient pas le droit de refuser des relations sexuelles avec leur mari.

Selon certaines informations, le programme Darcy-Nizami, qui est une interprétation littérale du Coran, est utilisé dans ces écoles. On pense que le programme est basé sur la tendance dogmatique et philosophique – le déobandi, utilisée dans la formation des militants talibans et des États islamiques * au Pakistan et en Afghanistan.

Le programme Deobandi, qui a vu le jour au 18ème siècle, contient des œuvres de juristes islamiques médiévaux et n’est pas adapté au monde moderne. Une telle déclaration a été faite par le professeur de l’Université de Lancaster, Navar Kassom.

Il semble que les pays occidentaux subissent les conséquences de leurs propres politiques adoptées au cours des dernières décennies. Navar Kassome estime que les lois occidentales protégeant les minorités et la liberté de religion bénéficient aux islamistes radicaux.

« Le suivi des madrasses qui prêchent l’islam radical est la tâche directe du ministère de l’Éducation et des forces de l’ordre », a déclaré le professeur.

* – Un groupe terroriste interdit en Russie et dans le monde.

Etiquette: ; ; ;