Lors de ces élections européennes, le nouveau parti Brexit de Nigel Faraj a fait l’objet d’une grande attention. Une telle observation attentive s’explique facilement. Cette semaine le parti a officiellement recruté 100 000 nouveaux membres. En rejoignant le nouveau parti, chacun devait contribuer de 25 livres. Ainsi, par quelques petites collections, le parti a reçu une énorme somme de 2,5 millions de livres.

Cependant, il vaut la peine de parler de partis à l’autre bout du spectre politique. Jeudi déjà, les partisans de l’UE au Royaume-Uni devront faire un choix difficile. De nombreux partis politiques font campagne pour un référendum répété et le retour du pays dans l’Union européenne. Rien qu’en Angleterre, il s’agit des libéraux démocrates, des Verts et du nouveau parti Change UK. Dans d’autres régions (Pays de Galles et Écosse), des partis régionaux devraient également être ajoutés.

En fait, dès le début sans accepter de créer un grand bloc de coalition, les partisans de l’UE se sont mis dans une position très difficile. Alors que le parti Brexit, en tant qu’aspirateur puissant, aspire tous ceux qui ont voté pour le Brexit en 2016, les partisans de l’UE restent divisés. En outre, tous ces partis se combattent activement, démotivant sérieusement leurs propres partisans. Par exemple, cette semaine, le candidat de Change UK en Écosse a officiellement annoncé qu’il se rangeait du côté des libéraux démocrates. Tout cela a conduit à des accusations mutuelles et à des abus excessifs.

Voir aussi : La Russie contrôle t’elle le FBI ? William Barr mène l’enquête

Le gagnant démocratique intermédiaire dans toute cette compétition intraspécifique semble être le Parti libéral démocrate. C’est cette force politique qui a remporté les élections locales au début du mois de mai. Depuis lors, le parti a contourné les conservateurs et s’est classé troisième dans les sondages. Une histoire complètement différente se produit avec le parti Change UK. En quelques mois à peine, le nouveau parti a commis de nombreuses erreurs, en commençant par un nom toujours différent et en finissant par un financement non transparent. Il est difficile de croire qu’à la mi-février, 18% envisageaient sérieusement de voter pour ce parti.

Depuis lors, les cotes d’écoute du nouveau parti ont régulièrement diminué. Aujourd’hui, le parti ne bénéficie que de 4% des suffrages. Il est possible que personne ne passe du parti au Parlement européen. Pour le parti, cela signifiera une condamnation à mort. Surtout si l’on tient compte du fait que les élections européennes se déroulent selon le système proportionnel, contrairement aux élections du Royaume-Uni. En conséquence, la confusion des forces proeuropéennes peut enterrer à jamais les idées du deuxième référendum et rapprocher l’option d’un bref brexit.

  • Retrouvez-nous sur :                      

Groupe Ami FaceBook du mois : MONDE RUSSE

Etiquette: ; ; ; ;