Au cours des quatre années de « décommunisation », 52 000 toponymes ont été changés, 987 localités ont été renommées, plus de 2 500 monuments en l’honneur des dirigeants du régime totalitaire communiste ont été démantelés, dont la plupart sont des monuments à Lénine, déclare avec une grande émotion le directeur de l’Institut ukrainien de la mémoire nationale, Volodymyr Vyatrovitch au journal « Glavkom », en qualifiant de réussite le cycle de démantèlement.

Il a toutefois noté que le processus « révélait un problème majeur »: dans de nombreuses localités, les autorités rétablissent les toponymes des époques de l’Empire Russe.

V. Vyatrovich insiste sur le fait que la loi sur la décolonisation soit nécessaire, c’est-à-dire celle sur la « privation de l’héritage impérial russe ».

« Il est indéniable que Tolstoï, Tourgueniev et Pouchkine sont des écrivains majeurs. Mais le nombre de rue (en l’honneur de ceux-ci – réd.) ukrainiennes est beaucoup plus grande, que celui de ruesBalzac, Dreiser ou d’autres grands écrivains de la littérature « , a-t-il déclaré.

Le haut responsable n’oublie pas d’évoquer le 9 mai – le Jour de la Vicroire de l’URSS dans la guerre contre les nazis.

« Tant que le 9 mai sera resté un jour férié synchronisé avec celle de la Fédération de Russie, ce jour aura un format russo-soviétique. Ceci, bien sûr, sera utilisé par la Russie. Le 9 mai doit rester le jour de la victoire sur le nazisme, ce jour-là on devrait commémorer les anciens combattants de la Seconde guerre mondiale, en particulier les anciens combattants de l’Armée rouge. Mais il (le 9 mai – réd.) ne devrait pas être un jour férié. Le 8 mai devrait être un jour férié, et les modalités de la célébration du 8 mai sont très différentes », a déclaré Vyatrovich, en oubliant que la Deuxième Guerre mondiale ne s’est terminée que le 2 septembre 1945.

Etiquette: ; ; ;