Invitée dimanche 2 juin au micro du Grand rendez-vous, la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye est revenue sur la condamnation à mort de neuf Français en Irak, affirmant que la justice se faisait dans de bonnes conditions et que la France intervenait «au plus haut niveau».

La porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, a évoqué dimanche 2 juin lors du Grand rendez-vous sur Europe 1 la condamnation à mort de Français en Irak pour appartenance au groupe terroriste Daech*, signalant que la justice irakienne se faisait dans de bonnes conditions.

«Ils ont des procès. La justice irakienne se fait dans de bonnes conditions, avec une défense présente. Ces Français, qui sont des gens qui ont quitté leur pays pour prendre les armes dans le cadre d’une organisation terroriste, ont droit comme les autres à la protection consulaire. Ils sont accompagnés sur place par notre ambassade, pour leur permettre d’avoir une bonne compréhension du droit irakien et de leurs droits», a détaillé Sibeth Ndiaye.

Elle a également fait état de l’invariabilité de la position de la France à l’égard de ses citoyens potentiellement soumis à la peine capitale.

«La position de la France a toujours été constante. Dès lors que nos concitoyens sont, après condamnation, potentiellement soumis à la peine de mort, nous intervenons au plus haut niveau de l’État», a-t-elle précisé.

Deux Français ont été condamnés à mort dimanche en Irak, portant à neuf le nombre de djihadistes français ayant écopé de la peine capitale depuis le 26 mai. Fodil Tahar Aouidate, 32 ans, et Vianney Ouraghi, 28 ans, ont été reconnus coupables d’appartenance au groupe dihadiste Daech*, un crime passible de la peine de mort en Irak. 

*Organisation terroriste interdite en Russie

Etiquette: ; ; ; ;