À l’occasion du 75e anniversaire du Débarquement, des passionnés de la Seconde Guerre mondiale se rassemblent en Normandie. Habillés en costume d’époque, ces reconstitueurs font revivre cette période de l’histoire.

 

Jeudi 6 juin, plusieurs grands dirigeants internationaux se retrouveront en Normandie à l’occasion du 75e anniversaire du Débarquement. Des inconnus feront aussi le voyage. Venus des quatre coins de la France et même de l’Europe, ils se rassemblent dans des camps de reconstitueurs organisés un peu partout sur la côte normande. À Vierville-sur-Mer, non loin d’Omaha Beach, ils se sont donné rendez-vous au musée D-Day Omaha. Habillés en soldats américains ou en civils français, chacun a des motivations différentes, mais tous veulent entretenir la mémoire de la Libération.

« Nous faisons partie de l’association des « Aigles verts », créée en 2015. Nous sommes une quinzaine et nous venons d’un peu partout, de Rouen, de Caen et même de Paris. Nous avons fait toutes sortes d’époque avant, du médiéval, de l’Antique et même du XVIIIe siècle. Finalement, nous avons décidé de nous concentrer sur la Seconde Guerre mondiale. C’est une période qui touche le plus grand nombre de gens car elle est la plus proche de nous. C’est une passion pour l’histoire vivante. Cela permet de sortir du cadre de la littérature ou du cinéma. Nous participons aux commémorations à travers des présentations dynamiques. Aujourd’hui, je suis en civil français, mais nous faisons aussi des soldats américains ou des allemands. Le but étant de faire le plus large possible dans une optique pédagogique », raconte le militant Yvan.

« Je suis passionnée par l’histoire depuis l’enfance. C’est mon père qui m’a transmis le virus. Je me mets aussi bien en uniforme de l’armée allemande qu’en costume de civile française. L’important, pour moi, est de représenter les femmes car nous ne sommes pas beaucoup à le faire. Il y a eu des infirmières, des reporters, des femmes soldats, etc. Pour moi, il s’agit avant tout d’un devoir de mémoire. C’est une manière d’honorer les hommes et les femmes qui se sont battus pour nous. En nous voyant, cela touche les gens », ajoute Christelle, la compagnonne d’Yvan.

« Avec une association de reconstitueurs, nous sommes venus de Londres. Nous sommes présents tous les cinq ans pour les grandes commémorations. Je porte un uniforme de la 29e division d’infanterie américaine. Nous voulons nous souvenir car tous nos parents ont vécu cette guerre. En Angleterre, nous n’avons pas vécu l’Occupation, mais l’accueil que nous recevons en France est incroyable. Il est important de continuer pour que les jeunes se souviennent. Mais pour cela, il faut être impeccable, il ne s’agit pas seulement de porter un uniforme kaki, le moindre détail compte. Je ressens un immense respect pour ceux qui ont débarqué ici en 1944. Nous avons été nous recueillir au cimetière américain de Colleville-sur-Mer et nous allons participer dans les prochains jours à plusieurs parades », décrit ses émotions Malcom, soldat américain.

D’après France.24

Etiquette: ; ; ; ; ;