Les Danois ont choisi des changements : les sociaux-démocrates ont remporté mercredi des législatives marquées par une poussée « verte » et l’effondrement des populistes anti-immigration, principal allié du Premier ministre libéral sortant qui remettra jeudi la démission de son gouvernement.

Donnés favoris du scrutin, les sociaux-démocrates enregistrent un léger repli par rapport à 2015, mais sortent toujours en tête avec 25,9 % des suffrages, selon des résultats quasi définitifs.

Ils bénéficient en outre de la progression d’autres partis de gauche, qui offre au « bloc rouge » une majorité absolue de 91 sièges sur 179, contre entre 79 ou 80 pour les partis de droite, selon les projections.

« Vous avez choisi une nouvelle majorité et un nouveau cap », a lancé la probable future Première ministre, Mette Frederiksen, à ses supporteurs en saluant « la première élection climatique » du pays.

La dirigeante sociale-démocrate, énergique quadra plusieurs fois ministre, a dit vouloir diriger un gouvernement minoritaire, avec le soutien au parlement de forces d’appoint.

L’une de ces forces, le Parti populaire socialiste, a doublé sa représentation parlementaire, avec un score 7,7 %. Principal parti écologiste danois, la formation profite de l’urgence climatique devenue la priorité numéro un des électeurs danois, devant la dégradation du système de santé et le contrôle de l’immigration.

« Il semble que les Danois ont voté en faveur de l’espoir, du climat, des enfants et de l’avenir », s’est félicité la présidente du parti, Pia Olsen Dyhr.

Etiquette: ; ;