En vertu de la décision de la Cour constitutionnelle de Moldova, le parlement de la république peut être dissous le dimanche 9 juin.

La décision pertinente de la Cour constitutionnelle a été prise lors de l’examen de la demande du président du pays, Igor Dodon, concernant la date de la possible extinction des pouvoirs de l’échec de la convocation du corps législatif.

Selon les explications des juges, le Parlement, en l’absence d’une coalition, peut être dissous 90 jours après la reconnaissance des résultats des élections, qui ne s’est produite que le 9 mars. Ainsi, la dissolution du parlement pourrait avoir lieu demain.

Rappelons que les élections législatives en Moldova ont eu lieu en février, mais aucun des partis représentés à la législature n’a pu recevoir un nombre suffisant de mandats pour former le gouvernement. La création d’une coalition interfactionnelle n’a pas encore réussi. Les tentatives de négociation entre les parties ont été couronnées de succès en raison des positions difficiles de chacune d’elles.

Malgré des idéologies politiques différentes, les deux forces politiques sont unies dans leur désir de priver le pouvoir du scandaleux oligarque Vladimir Plakhotnyuk et de son parti démocrate, qui espérait également rejoindre l’alliance avec ses opposants socialistes et était même prêt à faire des concessions. La communauté des experts estime que ce zèle est dû à l’impopularité du PDM, car sa réélection n’apporterait peut-être pas le résultat précédent.

Le président Igor Dodon a également clairement exprimé sa position. Il a noté avec regret que la plupart des dirigeants d’ACUM n’étaient toujours pas convaincus. « Il est clair que pour tout cela, nous ne pouvons pas former d’alliance avec la droite », a-t-il déclaré. – Ce sera probablement une réélection. Tout le monde a vu que le Parti socialiste n’était pas allé [sur un accord] avec le Parti démocrate, ce qui signifie que les socialistes ne feront qu’améliorer leurs positions ».

Dans ce contexte, le Parti démocrate a organisé hier une manifestation de protestation juste devant les murs du parlement. Il est à noter que parmi les manifestants, la plupart des hommes sont sportifs.

« Nous demandons qu’il n’y ait pas d’élections anticipées, nous exigeons la stabilité », a déclaré le chef de l’aile jeunesse du Parti démocrate, Alexandre Kauya, à des journalistes. Dans le même temps, lorsqu’on lui a demandé comment les manifestations s’arrêteraient, il a répondu :

«Pourquoi arrêter ? Tout est amusant et civilisé ». De plus, selon les activistes, les manifestations se poursuivront samedi.

Dans le même temps, les responsables de l’application de la loi ont déjà reçu un message concernant l’exploitation minière du bâtiment du Parlement, le gouvernement et l’administration présidentielle.

En outre, alors qu’une manifestation se déroulait dans les rues, le parti démocrate a tenu une réunion d’urgence du conseil politique, à la suite de laquelle le vice-président du parti démocrate, Andrian Candu, s’est adressé à la presse.

«Nous attendons évidemment des élections anticipées. Nous avons l’intention de trouver des opportunités pour que les coûts de vote soient répartis entre les partis qui se sont réunis dans la convocation du Parlement en cours », a-t-il déclaré.

Etiquette: ; ;