Entre le 1er janvier et le 6 mars 2019, plus de 2.000 morts par arme à feu ont été enregistrées aux États-Unis. Ce chiffre dépasse déjà le nombre d’Américains abattus sur les plages de Normandie, le 6 juin 1944.

Les commémorations du 75e anniversaire du Débarquement des Alliés en Normandie ont eu lieu le 6 juin à Portsmouth. Selon des estimations historiques, quelque 2.501 Américains ont donné leur vie ce jour-là, aux côtés de 1.913 soldats alliés, un chiffre qui a bel et bien été dépassé par le nombre d’Américains morts par balles en 2019, révèlent des statistiques récoltées par le Washington Post.

Ainsi, selon l’archive des violences par arme à feu, 2.502 Américains ont trouvé la mort du 1er janvier au 6 mars 2019. Fin avril 2019, on comptait autant de morts par balles que de victimes alliées abattues le 6 juin 1944. Ces chiffres ne comprennent pas les personnes qui se sont donné la mort volontairement.À ce jour, les statistiques font état de 6.114 Américains tués par balles, de 11.729 blessés et de 160 fusillades pour 2019.

Le quotidien souligne toutefois l’augmentation de la population américaine entre 1944 et 2019: s’il fallait adapter le nombre de victimes du Jour-J à la population contemporaine, leur nombre représenterait environ 5.930 soldats tués.

«C’est encore un fait que d’autres pays voient beaucoup moins de morts par arme à feu que les États-Unis. En se basant sur des estimations depuis 1990, calculées par le Global Health Data Exchange de l’Université de Washington, le nombre d’homicides perpétrés par arme à feu aux États-Unis en 1990 a été plus élevé que le nombre total de morts entre 1990 et 2017 au Royaume-Uni, au Canada et en Allemagne», a écrit le journal.

Etiquette: ; ; ; ;