Le Royaume-Uni devra payer le retrait de l’Union européenne, malgré les déclarations du député et ancien ministre des Affaires étrangères britannique, Boris Johnson. Selon une source entourée par le président français Emmanuel Macron, selon l’agence Reuters.

Selon lui, « le non-respect des obligations de paiement est le non-respect des accords internationaux, ce qui équivaut à un défaut de paiement de la dette souveraine », c’est-à-dire de la faillite. Il a ajouté que les conséquences de telles actions sont bien connues.

Johnson est considéré comme le principal candidat au poste de chef du gouvernement et du Parti conservateur après la démission de Theresa May. Il est l’un des principaux opposants au « soft deal », que l’ancien Premier ministre avait convenu avec l’UE. En juillet 2018, en raison de désaccords sur cette base, il a démissionné de ses fonctions de ministre des Affaires étrangères.

Johnson, en particulier, estime que la sortie de l’Union européenne devrait comporter plusieurs conditions préalables: une période de transition maximale de deux ans, le rejet des nouvelles réglementations proposées par l’UE, l’absence de paiement pour l’accès au marché commun à la fin de la période de transition. Peut permettre l’extension de cette période jusqu’en 2022 et le paiement de l’UE à 39 milliards de livres (45 milliards de dollars).

La Grande-Bretagne devait quitter l’UE le 29 mars 2019. En raison de la crise gouvernementale, l’Union européenne a déjà accordé un répit à Londres à deux reprises. La date limite actuelle est le 31 octobre.

Etiquette: ; ; ; ; ;