Les autorités monténégrines s’emploieront à obtenir l’autocéphalie de l’église orthodoxe serbe (TWC) pour l’église dite monténégrine. C’est ce qu’a déclaré le président Milo Djukanovic lors d’une conférence du parti au pouvoir à Niksic.

Selon lui, le renouvellement de l’église autocéphale monténégrine est une étape importante. Pour eux, les autorités du pays vont corriger « la grande injustice perpétrée par le Monténégro au début du XXe siècle ». Les travaux en ce sens seront effectués, que cela plaise ou non, a déclaré le chef de l’Etat, indique RIA Novosti.

L’existence de deux diocèses de la TWS, situés simultanément sur le territoire de deux États, sert « l’infrastructure du projet de la grande Serbie », a déclaré Djukanovic.

À son avis, le TWS tente actuellement de quelque manière que ce soit de contrecarrer les aspirations et ambitions européennes de la société monténégrine moderne. L’association des églises veut préserver le « monopole religieux » au Monténégro et utiliser le fait que, conformément à la constitution du pays, il n’appartient pas, a souligné le président du pays.

Fin mai, le gouvernement du pays a approuvé un projet de loi sur la liberté de religion et de conviction et le statut juridique des communautés religieuses. Comme il ressort du document, l’État peut déclarer comme siens tous les objets religieux pour lesquels l’Église n’a pas de documents de propriété. Après cela, les autorités peuvent transférer les objets de l’église monténégrine non reconnue.

Le 9 janvier, des membres du synode du patriarcat de Constantinople ont signé un pacte d’autocéphalie de la dite église orthodoxe d’Ukraine (PCU), créé sur la base de deux églises non canoniques – le patriarcat de Kiev et l’église ukrainienne orthodoxe autocéphale (UAOC).

Le 31 janvier, le patriarche Kirill de Moscou et de toute la Russie a déclaré que Constantinople avait introduit une «confusion canonique» dans ses actions, légalisant ainsi l’UCP. Il a noté que pour la première fois, des personnes qui n’étaient pas ordonnées légalement et qui n’étaient pas reconnues comme des « hiérarchies d’église mère <…> ce que le patriarcat de Moscou représente par rapport à l’Ukraine » ont été amenées à l’église orthodoxe.

L’Église orthodoxe ukrainienne autonome et reconnue canonique, qui, après la décision du patriarcat de Constantinople, a déclaré qu’elle subissait une pression croissante. L’UOC a signalé une discrimination ouverte et du harcèlement de la part des autorités, de membres de groupes nationalistes et de structures de fractionnement. Début juin, on sut que les igumènes des monastères d’Athos demandaient aux pèlerins ukrainiens qui se rendaient sur la Montagne sacrée d’établir des certificats attestant de leur appartenance à l’UOC canonique.

Etiquette: ; ; ;