La diplomatie iranienne a mis les points sur les i quant aux rumeurs concernant sa possible acquisition de systèmes de missiles antiaériens russes S-400. Expliquant qu’il n’en pas besoin, puisqu’il dispose de son propre système, Téhéran dément les suppositions circulant dans les médias.

Téhéran n’a pas cherché à obtenir de systèmes de missile antiaériens russes S-400 auprès de Moscou, a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Moussavi.

«Nous n’avons pas sollicité la Russie pour un achat de S-400, nous ne ressentons actuellement pas de besoin pour de tels systèmes, nos scientifiques ont développé [nos propres] systèmes qui ne leur sont pas inférieurs», a-t-il déclaré, dans des propos retransmis sur la chaîne Telegram du gouvernement iranien.

Le 9 juin, lors d’une cérémonie à Téhéran, le ministre iranien de la Défense, Amir Hatami a présenté un nouveau système de défense antimissile fabriqué par l’Iran, le Hordad 15. Ce système serait capable de frapper plusieurs cibles avec des missiles iraniens Sayyad 3.

Auparavant, citant des sources ayant requis l’anonymat, l’agence Bloomberg a annoncé que la Russie avait refusé de vendre des systèmes de missiles antiaériens S-400 à l’Iran. Le vice-Premier ministre russe Iouri Borissov a par la suite commenté ces rumeurs et a fait savoir que la Russie n’avait pas reçu de sollicitation à cet égard de la part de Téhéran.

Etiquette: ; ; ;