Au moins 31 enfants ont succombé au cours des dix derniers jours à des encéphalites aiguës dans le nord de l’Inde, qui pourraient être dues selon les scientifiques à une toxine se trouvant dans les litchis.

Les décès ont été signalés dans le district de Muzaffarpur dans l’État du Bihar (nord), réputé pour ses vergers de litchis, ont indiqué mercredi des responsables sanitaires. Des cas similaires surviennent chaque année dans cette zone entre mai et juillet, période de récolte des litchis.

Vingt-quatre enfants sont morts à l’hôpital universitaire public Sri Krishna et sept autres dans un hôpital privé d’inflammations aiguës du cerveau, a indiqué à l’AFP un responsable médical, Ashok Kumar Singh. La plupart des enfants étaient en état d’hypoglycémie, a-t-il indiqué. «Les autorités sanitaires ont recommandé aux gens de faire attention à leurs enfants lorsque la température de jour est supérieure à 40 degrés», a déclaré Ashok Singh.

Au moins 40 autres enfants se plaignant de symptômes similaires sont actuellement hospitalisés. «Nous faisons de notre mieux pour les sauver», a dit S.P. Singh, responsable médical de l’hôpital Sri Krishna. New Delhi a dépêché des experts sur place pour assister les autorités locales.

Le même phénomène d’encéphalites mortelles se produit dans des régions productrices de litchis au Vietnam et au Bangladesh. En 2014, la maladie avait tué un nombre record de 150 personnes à Muzaffarpur et ses environs. Les études scientifiques suggèrent que ces vagues de décès sont dues à une toxine présente dans les graines de litchis, qui altérerait la production de glucose de l’organisme et provoquerait des hypoglycémies.

Etiquette: ; ;