Le fait que l’attaque présumée contre deux pétroliers en mer d’Oman soit survenue lorsque le Premier ministre japonais se trouvait en visite officielle à Téhéran a interpellé le chef de la diplomatie iranienne. Il a qualifié l’incident de «suspect».

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a laissé entendre que l’incident avec les deux pétroliers dans le golfe d’Oman pourrait être lié à la visite de Shinzo Abe en Iran.

«Des attaques signalées contre des pétroliers affilés au Japon sont survenues lorsque le Premier ministre Shinzo Abe rencontrait l’ayatollah Ali Khamenei pour des entretiens approfondis et amicaux. Suspecte n’est même pas suffisant pour décrire ce qui a eu lieu aujourd’hui», a-t-il écrit sur Twitter.

​Il a également ajouté que dans cette situation la tenue du Forum de dialogue régional proposé par l’Iran était impérative.

À son tour, le porte-parole du gouvernement iranien, Ali Rabei, a estimé que Téhéran était prêt à coopérer avec d’autres parties de la région pour assurer la sécurité des voies maritimes stratégiques.

«Tous les pays de la région devraient faire attention à ne pas tomber dans le piège de ceux qui profitent de l’insécurité régionale», a-t-il souligné.

Selon le ministère japonais du Commerce, cité par Associated Press, les deux pétroliers en question transportaient une cargaison «liée au Japon».

Deux pétroliers auraient été la cible d’une attaque présumée en mer d’Oman le 13 juin, près du détroit d’Ormuz, un mois après qu’un incident similaire a eu lieu dans la même zone. Selon des sources maritimes, le Front Altair et le Kokuka Courageous, qui sont respectivement sous pavillon des îles Marshall et du Panama, ont été évacués et leurs équipages se trouvent en sécurité.

Etiquette: ; ; ; ;