La chambre d’instruction a confirmé le 11 juin le maintien en détention d’Antonin Bernanos, militant au sein de l’Action antifasciste Paris-banlieue et incarcéré depuis le 18 avril, a fait savoir dans un communiqué le collectif Libérons-Les, ajoutant que les enquêteurs «n’ont pas d’éléments» contre le jeune homme.

Antonin Bernanos, militant au sein de l’Action antifasciste Paris-banlieue (AFA), est détenu depuis le 18 avril au centre pénitentiaire de Fresnes après avoir été arrêté le 15 avril lors d’une confrontation de rue avec des membres des groupuscules Zouaves Paris, Milice Paris et Génération identitaire, a annoncé le collectif Libérons-Les dans un communiqué publié mercredi 12 juin. Il affirme lutter «contre la répression, pour la libération et l’abandon des poursuites à l’encontre de tous les inculpés du mouvement social».

D’après la note, le juge d’instruction a décidé mardi 11 juin de maintenir sa détention. Néanmoins, comme l’indique Libérons-Les, «le dossier judiciaire est vide» puisque les enquêteurs «n’ont pas d’éléments» contre le jeune homme.Le 9 mai, l’administration pénitentiaire a en outre placé Antonin Bernanos en isolement.

Libérons-Les dénonce également le fait que «les permis de visite de ses proches ont été perdus par la juge et n’ont pu obtenir de validation qu’après une décision en appel au bout de deux mois». Depuis le début de sa détention, Antonin Bernanos n’a donc pu recevoir que son avocat en visite.

Le collectif a relié ces mesures au «militantisme» d’Antonin Bernanos et à l’affaire du quai de Valmy. En effet, après qu’une voiture de police a été incendiée le 18 mai 2016 à Paris, il avait été condamné en septembre 2017 à cinq ans de prison, dont deux avec sursis, et avait été libéré en avril 2018.

Etiquette: ; ; ; ; ;