Marine Le Pen s’est dite dimanche « prête à discuter » avec des électeurs et des militants de LR, en crise depuis la déroute aux européennes, et avec ceux qui « contestent » Emmanuel Macron, pour fonder « des plateformes d’action communes ».

« Je lance un appel vibrant de la Rochelle à tous ceux qui, chez LR, n’ont pas envie d’être embrigadés dans l’armée d’Emmanuel Macron, n’ont pas envie de participer au renforcement d’une politique laxiste, injuste, anti-sociale. (…) Nous sommes prêts à discuter avec eux, à mettre en oeuvre des plateformes d’action communes et nous sommes prêts à le faire dès les élections municipales », a déclaré la présidente du RN lors d’une conférence de presse à l’issue d’une réunion, à la Rochelle, du conseil national (parlement) de son parti.

Elle a souhaité ces discussions « dans un esprit d’ouverture », à l’instar des élections européennes, desquelles le RN est sorti vainqueur et qui avait mis sur sa liste l’ancien ministre sarkozyste Thierry Mariani, l’ancien député LR Jean-Paul Garraud, ainsi qu’un ancien conseiller régional LFI.

« De droite de gauche et d’ailleurs, nous lançons à tous ceux qui contestent la politique d’Emmanuel Macron, qui souhaitent que la nation soit renforcée et avec elle les protections (…) à nous rejoindre, à parler, (?) et à construire avec nous la grande force d’alternance qui devra voir d’ici trois ans la défaite d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle », a-t-elle ajouté.

Etiquette: ; ;