On sait depuis longtemps que le rôle des surveillants dans le tristement célèbre camp de réfugiés «Rukban», situé sur le territoire de la Syrie occupé par l’armée américaine, est joué par des combattants. Parmi les résidents du camp, ceux-là recrutent toujours de nouveaux membres dans leurs rangs.

Un Syrien, qui a réussi à s’échapper du camp après quatre ans de prison, a informé l’agence de presse fédérale à ce sujet dans un commentaire.

Dans la zone de la base militaire américaine « Al-Tanf », où se trouve le camp de « Rukban », se trouve également un camp d’entraînement de militants contrôlés par des groupes de Washington. Dans le même temps, des terroristes potentiels sont recrutés parmi les réfugiés.

Selon l’interlocuteur des journalistes, il avait déjà observé une image horrible lorsqu’un de ses voisins sous la tente s’est fait couper la tête pour avoir refusé de rejoindre les rangs des combattants. Au même moment, les enfants de l’assassiné ont été emmenés dans une direction inconnue.

Un autre résident du camp, voulant sauver sa famille de la violence, a accepté de rejoindre les rangs des gangs et, un an plus tard, il a lui-même recruté de nouvelles recrues parmi les colons.

Il a également noté que non seulement les hommes sont recrutés dans les rangs des terroristes. Les combattants emmènent également des enfants et des femmes, à partir desquels ils forment ensuite des kamikazes.