Au moins sept civils ont été blessés lundi dans un attentat suicide près d’une base des forces de sécurité kurdes à Qamichli dans le nord-est de la Syrie, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

«Un kamikaze à bord d’une camionnette piégée s’est fait exploser dans le centre de Qamichli, blessant sept civils, dont trois femmes et un enfant», a indiqué à l’AFP le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane. L’auteur de l’attentat a tenté en vain «de parvenir jusqu’au siège des forces de sécurité kurdes» mais a été retardé par «les barrages et obstacles» situés à proximité, a-t-il ajouté. «Lorsque les forces de sécurité kurdes se sont méfiées du véhicule, l’un de ses passagers s’est enfui tandis qu’un second s’est fait exploser», a précisé Rami Abdel Rahmane.

Les régions à prédominance kurde dans le nord-est de la Syrie ont été le théâtre d’une série d’attentats ces derniers mois, dont plusieurs revendiqués par le groupe Etat islamique (EI). Après sa défaite en mars dans le village de Baghouz, près de la frontière irakienne, l’EI avait juré vengeance contre les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les combattants kurdes.

En dépit de la chute de leur «califat» autoproclamé en 2014, les djihadistes restent présents dans le vaste désert syrien et ailleurs dans le pays en guerre, sous forme de cellules dormantes. Le groupe continue de revendiquer des attaques meurtrières dans les territoires tenus par les FDS. Selon l’OSDH, des centaines de combattants des FDS ont été tués dans des attaques menées par l’EI depuis août dernier. Depuis son déclenchement en 2011, la guerre en Syrie a tué plus de 370.000 personnes et déplacé plusieurs millions.

Etiquette: ;