Moscou a mis en garde mardi contre une «montée des tensions» après l’annonce de l’envoi d’un millier de soldats américains supplémentaires au Moyen-Orient et l’avertissement de Téhéran que l’Iran franchirait bientôt une limite prévue par l’accord international sur son programme nucléaire.

«Nous appelons toutes les parties à la retenue. Nous préférerions ne pas voir de mesures susceptibles de provoquer une montée des tensions dans cette région déjà instable», a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, à la presse.

Washington a annoncé lundi avoir décidé d’envoyer environ 1000 militaires supplémentaires au Moyen-Orient dans un contexte de tensions accrues avec l’Iran. Cette annonce est intervenue peu après que Téhéran a prévenu qu’il franchirait bientôt une limite prévue par l’accord international sur son programme nucléaire conclu en 2015 à Vienne, dont les Etats-Unis s’étaient retirés unilatéralement l’année dernière avant de rétablir de lourdes sanctions contre l’Iran.

Jusqu’ici, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a certifié que l’Iran agissait en conformité avec les engagements pris à Vienne. «Nous partons toujours du principe que Téhéran restera au sein de l’accord nucléaire et sera fidèle à ses engagements», a souligné Peskov, en précisant que cette question avait notamment été évoquée lors d’une rencontre entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue iranien Hassan Rohani vendredi dernier en marge d’un sommet au Kirghizstan.

Etiquette: ; ;