«C’est une réforme […] pour la précarité». Voici comment la ministre française du Travail a initialement qualifié le 18 juin la réforme de l’assurance chômage. Elle s’est immédiatement reprise en précisant qu’il s’agira d’une réforme «contre la précarité».

Édouard Philippe et Muriel Pénicaud ont présenté le 18 juin la réforme de l’assurance chômage. Mais le sens du discours de la ministre du Travail s’est détourné de ses éléments de langage à cause d’un lapsus.

«C’est une réforme résolument tournée vers le travail, vers l’emploi, contre le chômage et… pour la précarité», a-t-elle déclaré avant de se reprendre: «contre la précarité»

La réforme de l’assurance chômage a pour but de changer les règles adoptées en 2009 et qui, selon le Premier ministre français, n’incitent «pas suffisamment au retour à l’emploi». Elle doit concerner de 150.000 à 250.000 chômeurs. Le projet dévoilé le 18 juin prévoit le durcissement des conditions d’accès au système, la réduction du montant des indemnités pour ceux qui avaient un revenu de travail supérieur à 4.500 euros brut par mois et l’introduction d’un système de bonus-malus sur les contrats courts.

Etiquette: ; ; ; ;