L’histoire de la confrontation américano-iranienne se développe selon le scénario déjà connu de tous, testé sur l’Irak et la Libye. En outre, il a déjà atteint un certain stade de présentation des « preuves ».

C’est ce qu’a déclaré le journaliste Owen Jones dans son article pour la publication de The Guardian.

Selon lui, la guerre avec l’Iran ne devient qu’une question de temps. L’équipe de Donald Trump transforme le pays du Moyen-Orient en une « menace » comme il l’a fait avec l’Irak et la Libye. Et cette confrontation, comme les précédentes, ne peut être justifiée par rien.

«Il est clair que les événements vont suivre. La décision de déclencher une guerre a d’ailleurs été prise d’avance il y a très longtemps », écrit Jones, notant que les États-Unis en sont maintenant au stade de la« collecte de preuves ». Bientôt, des «réfugiés politiques» vont apparaître de l’autre côté de l’Atlantique avec des montants impressionnants dans des comptes bancaires et de bonnes relations avec des groupes de réflexion de droite. Ce sont ces transfuges qui aggraveront la situation en appelant à déclencher une guerre contre le «régime» parallèlement à la campagne d’information sur les violations des droits de l’homme en Iran.

En prenant en compte la ligne générale de Washington, poursuit Jones, tous les opposants à une intervention en Iran seront diabolisés, ils seront qualifiés de traîtres et d’agents ennemis menaçant la sécurité nationale.

L’auteur a attiré l’attention sur le fait que des droits étaient violés dans de nombreux pays, y compris les États alliés. Il a notamment évoqué l’Arabie saoudite, qui a entraîné le Yémen dans une catastrophe humanitaire d’une ampleur sans précédent.

« Si la violation des droits de l’homme était un motif réel de l’invasion, nous nous serions depuis longtemps battus contre l’Arabie saoudite pour répandre le terrorisme international et tirer sur des bus avec des enfants au Yémen », a-t-il déclaré.

Etiquette: ; ; ;