Alors que des manifestations massives ont eu lieu à Hong Kong, il s’avère que la ville a acheté du matériel de répression à une société française. Il est question de trois canons à eau, qui n’ont cependant pas été utilisés lors des mouvements sociaux, rapporte Libération.

Hong Kong a acheté trois camions antiémeutes avec canons à eau à une entreprise française. Pour l’instant, ils n’ont pas été utilisés contre des manifestants, rapporte Libération.

Un million de personnes ont manifesté pendant plusieurs semaines à Hong Kong, s’opposant au projet de l’exécutif visant à permettre les extraditions vers la Chine (dont Hong Kong est une région administrative spéciale). La dirigeante de l’exécutif local a annoncé samedi 15 juin la suspension du projet de loi. Mais de nouvelles manifestations ont eu lieu pour obtenir l’abandon définitif du texte.

Les opposants récalcitrants ont été dispersés au moyen de gaz poivre et de canons à eau par les forces de l’ordre hongkongaises, d’après Radio Television Hong Kong. Près de 80 personnes, dont 22 policiers, ont été blessées mercredi 12 juin.Cette information intervient alors que la question du maintien de l’ordre s’est transformée en polémique en France. En effet, en six mois de manifestations, 2.448 personnes ont été blessées dans les rangs des manifestants, dont 24 ont été éborgnées et cinq ont eu la main arrachée, selon le décompte tenu par le journaliste indépendant David Dufresne. Il y en a eu 1.797 dans les rangs des forces de l’ordre.

Etiquette: ; ; ;