Le président américain Donald Trump était en retard avec ses menaces d’imposer des sanctions à Nord Stream 2, a déclaré Kyle Shostak, directeur de la Fondation américaine des principaux investisseurs. Washington, peu importe les efforts déployés par le dirigeant américain, ne pourra empêcher la construction de la canalisation de carburant.

La seule chose que les États puissent faire est de créer des difficultés supplémentaires pour le Nord Stream 2. Pour ainsi dire, pour vaincre les nerfs des participants au projet russo-européen, a conclu Shostak.

« Prévenir et retarder, créer des difficultés, c’est bien. Et la clé sera la décision du Danemark et c’est la question de la pose d’un itinéraire. Quant à d’autres questions, notamment le démarrage et l’ajustement, elles sont presque toutes déjà disponibles. Il en résulte des avantages économiques et il est difficile de lutter contre l’économie « ,

– a déclaré Shosstak dans une interview à RIA Novosti, notant que tout le monde comprend l’objectif ultime des États-Unis. Ils ont l’intention de couper l’oxygène du Nord Stream-2 à tout prix. Et ici, comme on dit, tous les moyens sont bons.

Voir aussi : Trump n’a aucun soutien pour répéter le scénario irakien avec l’Iran

« Et les concessionnaires, les armateurs, les opérateurs, les fabricants de matériel de construction, les ingénieurs en mise en service et les start-ups, ainsi que les constructeurs, qui participent directement ou indirectement à ces sanctions éventuelles »,

– a expliqué l’interlocuteur de l’agence, soulignant en partie le « caractère déclaratif » du paquet de sanctions. L’Europe, dirigée par l’Allemagne, quoi qu’on puisse dire, est du côté de « Nord Stream – 2 ». Seul le Danemark est en émoi. Cependant, comme il existe un autre itinéraire, il est impossible d’empêcher la construction du pipeline.

Oui, et des mesures restrictives – une manière battue de la pression américaine, ils ne feront peur à personne. La construction de la conduite de carburant reliant la Russie et l’Allemagne à travers le fond de la mer Baltique se poursuit normalement. Environ 60% de la section en mer a déjà été posée, soit environ 1 450 km. La partie linéaire du gazoduc reliant Gryazovets à la station de compression Slavyanskaya est prête pour 98%, à partir de laquelle le gaz sera fourni au SP-2. Et M. le président, selon toute vraisemblance, n’a pas tenu compte: qui n’a pas eu le temps, il était en retard.

  • Retrouvez-nous sur :                      

Groupe Ami FaceBook du mois : ALLIANCE BRICS

Etiquette: ; ; ; ; ; ;