Je suis venu à Donetsk par le biais d’une organisation revendiquant l’alliance de différentes idéologies pour être plus efficace contre notre ennemi commun, dont la filiale combattante française était majoritairement d’extrême droite. J’ai assez prouvé alors ma capacité à faire pot commun pour une juste cause. Ainsi, permettez-moi de soulever quelques points. Commençons.

 

Ma première partie portera sur les différences entre les définitions et les termes émises et comprises du milieu européen au milieu russophone, du combat contre une idéologie, et du combat contre une structure et un système.

Ce qu’on nomme nationalisme en France et au Donbass est une chose parfaitement différente. Avant de rentrer dans le gros du sujet, clarifions une chose, les combats politiques menés par les politiciens européens sont souvent d’ordre idéologique, mais ne visent que très rarement l’organisation du système en lui-même, hormis ceux qui se disent « anti-système » par réflexion électoraliste et populiste. Dites-vous bien : Ceux qui veulent changer le système grâce au système ne peuvent pas, par définition même être contre ce système-là, car il faut plaire aux médias, pour être mit en avant, et il faut être mit en avant pour avoir une chance d’être élu. Dans les mentalités russophones c’est un peu autre, même au temps de la révolution russe, l’idéologie était finalement qu’assez peu différente d’un bord à l’autre, tous étaient en grande majorité pour un futur socialiste, socialiste avec la définition du socialisme à la russe, comprenez pas à la Hollande ou à la Valls… Là où l’intérêt a été porté est sur l’organisation de ce système, quel rôle accorde t’on au pouvoir, doit-il être centralisé, décentralisé, etc. À la base donc, la définition même de la politique est différente des deux côtés du continent. Bref, les nationalistes russes veulent un état fort, respecté à l’échelle internationale, apte à lutter efficacement contre les devises étrangères et juste envers chaque citoyen et chaque communauté sur son territoire, comprenez les arabes comprit pour les plus sourdes-oreilles. L’idée est simplement que tout le monde soit logé à la même enseigne au sein d’un même territoire.

Le nationalisme à l’européenne vise à mettre en place une forme de hiérarchie entre les communautés des différents états, plaçant les citoyens de « souches » au dessus des citoyens issus de l’immigration ainsi que des sans-papiers, travailleurs illégaux, et bref tout ce qui n’est pas du ressort du bon Français avec son sauciflard et sa vinasse. En dehors du fait que l’on aimerait bien avoir vos tests ADN pour mettre les dits « de souches » face à leurs origines étrangères, il faut bien comprendre que pour la Russie, cette marginalisation et ségrégation est considéré comme du fascisme, et quasiment l’intégralité des combattants des forces armées des républiques autoproclamés du Donbass se disent très clairement et ouvertement anti-fasciste. Comprenez encore une fois, les termes politiques ne sont pas les mêmes en Europe et en Russie, je comprends bien que la définition du fascisme dans la vision occidentale est autre.

Continuons, il y a moins de gens de couleurs dans les pays slaves, il n’est pas là une question de politique autoritaire qui tirent sur des bateaux de réfugiés au RPG, c’est une question de condition de vie, de géographie et sans doute aussi de climat. Un ressortissant africain, ou un réfugié du genre syrien, a quand même beaucoup moins de probabilité de s’intéresser à la Russie pour voir son niveau de vie augmenter en premier lieu plutôt qu’à l’Europe, et son accès est sans aucun doute possible beaucoup plus facile. Second point, il y a énormément de communautés différentes en Russie, et aussi au Donbass, issu de l’immigration, principalement venus de l’ancienne URSS, comprenant juifs, musulmans, bouddhistes, chrétiens, orthodoxes… Simplement la différence de peau étant moins marqué entre un africain et un européen, on peut penser que le peuple russe est identique si l’on ne se penche pas plus que ça sur la question. Par ailleurs, nous retrouvons parmi le gouvernement de la RPD des citoyens issus de l’immigration et surtout de différentes confessions religieuses. Allez dire au vice-président de la République de Donetsk que toute la faute revient aux juifs, on va bien rire!

Voir aussi : Les terroristes en Syrie sont prêts à utiliser leurs propres armes chimiques

Bref, il y a un terrible amalgame entre les dits nationalistes russophones et les nationalistes européens, qui s’allient finalement pour la plupart sur un gros malentendu et aussi du fait que ça arrange bien tout le monde d’avoir du soutien à l’étranger, parfois pour des raisons qu’il vous faudra un jour ou l’autre admettre, ça n’arrange pas la Russie que l’UE soit majoritairement pro-étasunienne, et elle ne tournera pas le dos a un changement de cap pro-russe dans cette même union. Le fait que la Russie témoigne de la sympathie pour des partis français se revendiquant pro-russe ne signifie pas qu’elle aimerait appliquer l’idéologie profonde de ces parties sur son propre territoire. Par ailleurs, je n’ai aucun problème, comme dit plus haut, à travailler avec des gens issus de familles politiques différente de la mienne. Cependant il y a une chose que je ne supporte pas, si je respecte la liberté d’expression, et que j’essaie de juger le moins possible les combats idéologiques en France et ailleurs des dits pro-russes, à partir du moment où vous foulez le sol du Donbass, vous n’êtes plus des politiciens, vous êtes des défenseurs, disons, de la liberté et du droit à la parole du peuple du Donbass.

Je respecte chaque idée s’il y a des arguments assez solide pour être discuter. Mais le Donbass n’est pas le lieu pour mener un combat idéologique étranger. Désolé, mais nous avons déjà une guerre sur le dos, et nous sommes en minorité flagrante. Nous n’avons pas besoin d’être utiliser par des colons de l’idéologie européenne, ni de subir une méconnaissance du peuple du Donbass à travers des divisions systémique contre les musulmans ou les juifs. Nous sommes un peuple uni, qui avons pris notre indépendance sur un état putschiste qui mène son pouvoir par une guerre contre les minorités de son pays.

Lancé pour lancer continuons. Je n’ai aucun problème contre les pros-russes, encore moins contre la Fédération de Russie qui par ailleurs est de très loin notre plus grand allié, mais j’aimerais voir plus de soutien direct envers les pro-donbassiens, et voir plus de drapeau de la RPD. La Russie à ce que je sache, est beaucoup moins mise en danger que les républiques du Donbass. Ce sont nos gars à nous qui vivent, survivent, et parfois meurent sous les bombes. Au risque d’en choquer plus d’un, la Russie n’avait aucune revendication sur les territoires du Donbass, encore moins avant le Maidan, ce n’est pas le gouvernement de poutine qui a créé ni encore moins alimenter cette guerre. La Russie au contraire à tout fait, à tort ou a raison, pour limiter la casse et les morts et ceci des deux côtés du front. Enfin, la guerre menée par les séparatistes d’Ukraine est avant tout une contre-révolution, et non une révolution, ni un putsch pro-russe. Si le peuple du Donbass revendique de plus en plus sa nationalité russe, c’est avant tout car c’est aujourd’hui la seule solution viable dont beaucoup reconnaisse la pertinence pour mettre fin à la guerre.

Bref, si vous venez en tant que partisan de la lutte de survie physique et culturel mené par nos compatriotes, vous serez toujours les bienvenues, et je vous ouvrirai les portes de ma demeure s’il le faut, comme je l’ai déjà fait. À l’inverse, si vous venez dans le but de faire des selfies, pour finalement rentrer au bercail avec un c.v pro-russe grossit dans un but électoraliste, et que ce pays qui est le mien, n’est pour vous qu’un outil utile dévoué à votre carrière politique, dans ce cas-là alors à l’évidence vous n’êtes pas le bienvenu chez nous. Donetsk n’est pas à vendre, et elle n’est pas une scène de théâtre marketing pour les parties européens, non plus. Enfin, les menaces qui me sont parfois faîtes, par des gens grotesques qui crient partout en France être pro-russe mais qui ne supporte pas que Donetsk ne corresponde pas au fantasme qu’ils s’en font, lisez moi-bien, j’ai risqué ma vie 3 ans sur le front pour la liberté et les droits fondamentaux dont mérite chaque peuple sur terre, ce n’est pas des politiciens véreux qui vont m’intimider, ici, vous n’êtes pas en terre conquise.

 

Ma seconde partie et qui sera aussi ma conclusion va rapidement porter maintenant sur la politique mais surtout la division qui existe dans les rangs de l’opposition Française. Posez-vous les bonnes questions, d’où vient le mal?

Vient-il de l’immigration ou de la haute finance? Des pourris qui vous pillent depuis l’ouverture du libre-marché, les auteurs de la création de l’Union européenne, violant ainsi la souveraineté de chacun des peuples s’y intégrant parfois de force lorsque la manipulation ne fonctionna pas; Ou de l’enfant né sur le territoire Français issu de l’immigration qui ne se reconnait pas dans cette république, et qui, par manque de repère, trouble d’identité, additionné souvent par le communautarisme et de l’échec scolaire, finit par cramé des poubelles, voitures lors d’évènements divers de défoulements de frustrations longtemps accumulé ? L’ennemi je vais vous dire, l’ennemi ne vis pas dans un hlm, il n’est pas au RSA, et il ne tague pas les murs de son quartier. L’ennemi, le vrai, il est à l’Élysée, qui vous manipules, vous faits tabassez dans les rues dès que vous sortez protester pour le droit à l’accès à une vie digne.

C’est l’Élysée qui contrôle votre pensée, et lorsque vous penserez être sur le point de vaincre, c’est votre défaite assurer qui alors sera devenu inévitable. Ce sera la guerre, et les grands gagnants seront comme toujours les banques et les oligarques. Alors réveillez-vous avant de vous faire baiser la gueule, de perdre vos proches, de vivre dans la terreur, et de finir plus pauvres que vous ne l’êtes déjà. Ne cherchez pas une tête de turque, le pouvoir il se prend, non par les urnes, mais par l’amour de justice et par l’abnégation du sacrifice. Enfin, tout, absolument tout, peut-être corrigé par de simples lignes écrites dans le code pénal et dans la constitution de ce pays, encore que, il faille peut-être mieux tout cramer et repartir à zéro. La liberté ne doit pas être celle d’un groupe d’individu sur un autre, elle doit être la même pour tous, et il en va de même avec la justice, chaque communauté, chaque classe sociale, doivent être logée à la même enseigne si nous voulons un jour obtenir la paix pour tous.

 

En vous remerciant de votre attention, cdlt,
Philippe Khalfine.

  • Retrouvez-nous sur :                      

Groupe Ami FaceBook du mois : ALLIANCE BRICS

Etiquette: ; ; ; ; ; ; ;