En Albanie, les manifestations durent depuis plusieurs mois déjà. Mais ces protestataires n’en démordent pas.

Le vendredi, 21 juin, ils étaient des milliers dans les rues de Tirana, la capitale albanaise, pour réclamer de nouveau la démission du premier ministre socialiste Edi Rama.

L’opposition accuse le dirigeant de corruption, de pressions sur l’administration et de fraude électorale.

Des accusations qui ont redoublé cette semaine après la publication dans les médias d’écoutes téléphoniques entre des fonctionnaires et de hauts dirigeants socialistes, y compris le premier ministre albanais.

Etiquette: ; ;