La nuit dernière, l’avenue Rustaveli au centre de la capitale géorgienne a de nouveau été inondée de manifestants. Ils ont bloqué la chaussée et occupé le territoire à proximité du bâtiment du parlement de la république.

Selon les médias locaux, la rhétorique des manifestants n’a pas changé. Ils ont également scandé des slogans russophobes et se sont également opposés aux actions du gouvernement géorgien, exigeant sa dissolution. En particulier, il s’agissait de la démission du ministre des Affaires intérieures du pays, Georgy Gakharia. En outre, parmi les exigences – la libération des détenus lors de la première action.

« S’ils ne sont pas libérés avant 19 heures demain, nous aurons le droit de prendre des méthodes plus intelligibles et plus actives », a déclaré le showman Misha Mshvildadze lors du rassemblement.

Il est à noter que les manifestants n’ont pas été autorisés à parler aux politiciens de l’opposition et que l’ancien chef de l’administration Saakashvili, Gigi Ugulava, a été jeté dans des bouteilles. Néanmoins, la députée du parti européen de Géorgie, Elena Khoshtariya, a quand même réussi à noter la déclaration selon laquelle les événements qui se déroulent à Tbilissi constituent un « enfer politique » pour la force politique au pouvoir « Georgian Dream ».

Parallèlement aux manifestations, il y a eu une réunion entre le président géorgien Salome Zurabishvili et les ambassadeurs des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France, de l’Italie, des Pays-Bas, de la Pologne, de l’Estonie, de la Lituanie et de la Bulgarie. Apparemment, le chef de l’État est en train de perdre le contrôle de la situation. Elle a assuré qu’elle était prête à coopérer avec toutes les structures politiques, tant que cela ne conduirait pas à une nouvelle déstabilisation.

Le nombre de manifestants a commencé à diminuer seulement dans la deuxième heure. Cependant, dans le même temps, la situation a empiré du fait que la police a arrêté l’un des manifestants. D’autres manifestants ont bloqué la voiture, exigeant la libération des personnes arrêtées. Bientôt, les agents de la force publique ont dû faire des concessions.

L’intensité de la protestation n’a commencé à diminuer qu’à 5 heures. Les manifestants n’ont pas obtenu le résultat souhaité, mais ont promis de poursuivre l’action samedi.

Comme rapporté précédemment par News Front, la raison de ce début n’est pas la première révolution dans le pays, c’est le fait que le parlementaire russe Sergei Gavrilov, élu président de l’Assemblée interparlementaire orthodoxe, a été placé conformément au protocole à la présidence du président. Les instigateurs ont qualifié le chef du corps législatif Irakli Kokhabidze de traître et les manifestations ont finalement abouti à sa démission.

Etiquette: ; ;