Alors que la justice a requis contre Patrick Balkany quatre ans de prison ferme pour fraude fiscale et sept ans pour blanchiment et corruption, son avocat Éric Dupond-Moretti évoque une «immense pudeur» de son client et explique ses actes par le désir de protéger son «intimité».

À l’issue de son procès au tribunal correctionnel de Paris qui a duré du 13 mai au 19 juin, le maire de Levallois-Perret Patrick Balkany risque désormais quatre ans de prison ferme pour le volet fraude fiscale, et sept ans de prison pour corruption et blanchiment de fraude fiscale. En attendant les deux jugements qui seront prononcés le 13 septembre et le 18 octobre, l’avocat Éric Dupond-Moretti continue de défendre son client face à la justice qu’il qualifie de «hyper moralisatrice» et «puritaine».

Ainsi, invité de BFM TV, Me Dupond-Moretti a contesté les faits de corruption reprochés à Patrick Balkany. Il a également essayé de trouver une excuse pour les actes de son client.

«Balkany ce n’est pas que la fraude, c’est aussi une immense pudeur […]. C’est aussi une fanfaronnade, mais qui lui permet de dresser un écran de fumée. Il ne voulait pas que l’on rentre dans son intimité», a-t-il déclaré.

Selon l’avocat, à l’origine de l’important patrimoine de Patrick Balkany se trouve l’«immense fortune de son père» et non de l’argent public.

«Il faut faire la différence entre une fraude fiscale qui serait le fruit d’un pillage d’une caisse publique, et une fraude fiscale qui serait la dissimulation d’une fortune personnelle héritée de son père», a-t-il souligné.

Rappelons que Patrick Balkany et sa femme Isabelle sont soupçonnés d’avoir dissimulé plusieurs millions d’euros au fisc. L’enquête dans cette affaire a été ouverte en 2013 sur la base de confidences faites aux magistrats par l’ancien directeur général de l’office HLM des Hauts-de-Seine de 1986 à 1994, Didier Schuller.

Etiquette: ; ; ;