Une vaste opération européenne a permis l’interpellation de 17 passeurs présumés en France, en Roumanie et au Royaume-Uni.

Selon les premiers éléments de l’enquête, ils auraient organisé un vaste trafic d’êtres humains entre la Roumanie et l’Angleterre. Les migrants voyageaient entassés dans des camions pendant plusieurs heures, dans des conditions inhumaines, rapporte Le Parisien.

A VOIR : Des passeurs des migrants filmés lors du débarquement au large des côtes italiennes

C’est en août 2018, que la police aux frontières (PAF) française a commencé à enquêter sur ce trafic, après avoir constaté une intrigante hausse des arrestations de chauffeurs routiers roumains dissimulant des Kurdes dans leurs camions. Les autorités ont mis en place des écoutes téléphoniques, des surveillances et des filatures sur plusieurs sociétés de transport basées en Roumanie.

Un chiffre d’affaires estimé à 3,6 millions d’euros

Ils ont très vite compris qu’ils avaient affaire à un phénomène de grande ampleur. En quelques mois, ils ont en effet comptabilisé plus de 250 tentatives de convois de migrants, dont 92 ont été interceptés. Europol a géré le volet européen de l’enquête. Le 10 juin dernier, les policiers ont interpellé un chauffeur bien connu de leurs services. Le chef présumé du réseau et neuf complices ont été arrêtés en Roumanie, ainsi qu’un autre au Royaume-Uni.

Enfin, le 19 juin, une autre opération a permis d’arrêter plusieurs autres membres présumés de ce réseau dans les trois pays concernés. Au total, 17 personnes ont été appréhendées par les autorités. Ce trafic leur aurait permis de générer 3,6 millions d’euros de chiffre d’affaires. Les migrants, de leur côté, faisaient le trajet enfermés très longtemps dans les camions dans des conditions indignes.

Etiquette: ; ;