Téhéran va réduire «sérieusement» ses obligations envers l’accord nucléaire, a déclaré à l’agence Fars le contre-amiral Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale iranienne. Il a également critiqué l’ambiguïté des pays européens dans leur position à l’égard des États-Unis sur les sanctions.

Dans une déclaration à l’agence iranienne Fars,  le contre-amiral Ali Shamkhani, secrétaire du Conseil suprême de la sécurité nationale iranienne, a affirmé que son pays allait entamer sous peu la deuxième phase de désengagement envers l’accord nucléaire.

«Nous allons entamer la seconde étape de baisse de nos obligations envers l’accord nucléaire à partir du 7 juillet», a-t-il déclaré, précisant que «cette deuxième phase sera marquée par de sérieuses décisions».

Selon le responsable, l’attitude ambiguë des pays européens y est pour beaucoup dans cette décision. «Les Européens sont contre les sanctions américaines juste dans les paroles. Mais dans la réalité, ils soutiennent les pressions de Washington sur l’Iran», a-t-il affirmé.Les tensions sont montées d’un cran entre Washington et Téhéran après la destruction par l’Iran d’un drone américain RQ-4A Global Hawk se trouvant, selon Téhéran, dans son espace aérien, ce que Washington conteste.

Précédemment, les États-Unis avaient imputé à l’Iran l’attaque de deux pétroliers dans le golfe d’Oman, non loin du détroit d’Ormuz.

Le 24 juin, Donald Trump a annoncé avoir signé un décret instaurant de nouvelles sanctions «lourdes» à l’encontre de l’Iran et son Guide suprême Ali Khamenei. Selon lui, ces mesures pourraient rester en vigueur «pendant des années».

Etiquette: ; ; ; ;