Le gouvernement allemand a décidé mercredi d’encadrer davantage ses exportations d’armements, en interdisant notamment les ventes d’armes légères à des pays non-membres de l’Otan ou de l’UE.

Ce consensus autour de nouvelles réglementations, qui actualisent le cadre général d’une loi datant de 2000, met fin à des mois de frictions entre les partenaires conservateurs et sociaux-démocrates de la fragile coalition gouvernementale d’Angela Merkel.

À l’avenir, l’exportation d’armes légères vers des pays tiers (hors UE et Otan) ne sera «par principe plus autorisée», a annoncé le ministère de l’Économie, en charge de ce dossier. Une mesure très symbolique, ces exportations s’étant élevées l’an dernier à environ 400.000 euros.

Les exportations d’autres équipements militaires seront interdites «en cas de conflits internes armés et de suspicion suffisante sur des abus entraînant une répression interne ou de violations continues et systématiques des droits humains», précise le document. Interrogé à ce sujet, le gouvernement n’a cependant pas précisé quels pays sont immédiatement concernés.

Etiquette: ;