Quelqu’un a-t-il sérieusement pensé que priver un pays de la possibilité de participer aux travaux de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe serait une panacée pour tous les problèmes?

Cette déclaration a été faite par le chef de la délégation allemande à l’APCE, Andreas Nick, dans le commentaire de la publication Deutsche Welle.

Il a rapidement assuré que la position de Berlin concernant la Crimée, le Donbass et la mer d’Azov ne changerait pas, mais que l’APCE devrait se préoccuper de la protection des droits de l’homme et non de bloquer le travail de l’une des délégations.

«La politique de sanctions de l’UE est restée la même, mais il est vraiment possible de penser que le fait d’exclure un pays du Conseil de l’Europe permet de résoudre tous ces problèmes du jour au lendemain. Pour moi, le but du Conseil de l’Europe est de diriger les travaux sur la protection des droits de l’homme et le respect des principes de la primauté du droit « , a-t-il déclaré

Andreas Nick a ajouté qu’il était temps de prendre des mesures décisives plutôt que de se concentrer sur les symboles. Il a également souligné que personne n’avait encore été en mesure d’expliquer comment l’exclusion de la délégation russe de l’APCE contribuerait à la paix dans le Donbass. « Je pense que cela ne fera qu’aggraver la situation », a-t-il déclaré.

Etiquette: ; ; ; ;