Les pompiers français commencemt ce mercredi un mouvement de grève prévu pour durer tout l’été afin de dénoncer le manque de moyens et réclamer un «recrutement massif»

La grève est prévue pour durer du 26 juin au 31 août. Face à l’augmentation du nombre de leurs interventions en France, les pompiers réclament davantage de moyens. Ils demandent avant tout un «recrutement massif» ainsi qu’une revalorisation de la prime de feu. Les sept syndicats, qui représentent plus de 85% des pompiers professionnels, ayant déposé une série de préavis de grève dénoncent un «déni de dialogue social» et fustigent les «projets néfastes» du gouvernement.

Dans une lettre datée du 19 juin adressée au ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, les syndicats demandent entre autres le retrait du projet de loi de transformation de la fonction publique et une «revalorisation significative» de la prime de feu à hauteur des autres métiers à risque – «à 28% minimum» contre 19% actuellement. Ils réclament également un «recrutement massif» afin de répondre aux besoins. «Pendant la durée de notre préavis, nos organisations responsables demeurent néanmoins ouvertes à toutes négociations favorables qu’il vous conviendra d’ouvrir», précisent les syndicats dans cette lettre.

Selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, le nombre d’interventions des pompiers en France a augmenté de 15% entre 2008 et 2017. Les effectifs – 40.500 professionnels et 195.000 volontaires – ont diminué eux de près de 1% sur la même période.

Etiquette: ;